Sur l’arbre du monde

Sur l’arbre du monde un fruit manque, manque John Berger. Il n’est pas là, parmi ceux qui se tiennent aux branches, s’y agrippent lourdement, lourds de leur peur ennuyeuse de tomber. Lui, il s’est donné à la brise, aux bourrasques. Il s’est donné à l’envie. L’envie de dégringoler. Celle de rouler dans l’herbe, l’herbe affolée de la vie. Au bas de l’arbre, c’est un fruit ouvert par les vents, pour que son parfum se délivre. Ce parfum qu’il répand d’un geste, une phrase : « Vole, vole, ma petite âme ».


Stéphane Juranics,
avril 1993.

Texte figurant en 4ème de couverture de l’ouvrage Calling out 
de John Berger paru aux Editions Paroles d’aube en 1993.